Google+ Followers

mardi 25 août 2009

Supprimez le sucre ajouté! Cut drastically added sugar!

Après des années de batailles perdues et d'évidences non prises en considération, la recommandation récente de l'American Heart Association est un coin enfoncé dans le lobby agro-alimentaire et ses pratiques douteuses. On le savait, on l'avait prouvé mais c'était tabou: tous les produits alimentaires sont sucrés et c'est insoutenable en termes de calories et de régulation glycémique.
La recommandation de l'AHA est de
Maximum 100 calories/jour de saccharose pour les femmes, soit six cuillères à café par jour,
Maximum 150 calories/jour de saccharose pour les hommes, soit neuf cuillères à café par jour. Et cela va très vite si on prend en compte tout d'abord les boissons sucrées.
Une canette aluminium de Coca Cola(R) c'est 130 calories de sucre et l'équivalent de huit cuillères à café de sucre raffiné ...
Mes recommandations sont simples:
Pas de sucre ajouté.
Pas de produits alimentaires en contenant même en petite quantité ce qui signifie de lire les étiquettes avant d'acheter.
Pas de jus de fruits même 100% naturels.
Fruits et légumes crus à volonté.
Barres maison avec fruits secs et oléagineux.
Ainsi vous optimiserez votre poids, votre régulation glycémique et surtout votre cerveau en évitant le yoyo glycémique qui vous fait craquer pour du sucre entre deux et trois heures après que vous en ayez ingéré et vous rend irritable ou somnolent et pour les enfants hyperactif ou abattu.
Références
1/ http://www.hsph.harvard.edu/nutritionsource/what-should-you-eat/carbohydrates-full-story/index.html

dimanche 23 août 2009

Grippe porcine: le vaccin nasal? Swine flu: nasal vaccine?

En tout l'excès est probablement inefficace. Je ne suis pas contre les vaccinations et je ne suis pas pour non plus. Bizarre me direz vous? Et bien non, les vaccins sont des traitements et un traitement doit être parfaitement adapté pour avoir une efficacité supérieure aux risques. Voilà pourquoi la problématique n'est pas le pour ou contre mais le: efficace ou plutôt inefficace ou bien dangereux. Les vaccins ont des complications qui sont d'autant plus nombreuses que l'on effectue sans discernement de vastes campagnes de vaccination massive qui font fi des facteurs de risque ou bien des précédentes immunisations naturelles.
Parmi les risques des vaccins le déclenchement d'une auto-immunité est certainement le mieux établi.
Voilà pourquoi il faut interroger sérieusement les patients avant de les vacciner et respecter par ailleurs leur volonté ce qui s'appelle le libre choix, ce qui n'a pas été fait lors de la vaccination massive contre l'hépatite B.
Par ailleurs il faut d'abord rechercher les personnes qui sont à risque. Ces personnes à risque, immunodéficientes, sans anticorps croisés avec ce H1N1, insuffisantes respiratoires sévères, peuvent bénéficier d'une vaccination car les risques évoqués ci-dessus sont inférieurs au bénéfice de ne pas faire une grippe sévère avec atteinte respiratoire et syndrome inflammatoire majeur. Pour les autres tout est à prouver mais bien sur il n'y aura pas d'essai clinique puisque le temps ne le permet pas. Notons toutefois que l'efficacité de la vaccination contre le H1N1 est régulièrement mise en doute dans les groupes sans risque mais aussi à risque...
Dans ce contexte et compte tenu des incertitudes concernant les adjuvants de l'immunité contenus dans les vaccins notamment le squalène on suivra avec intérêt la commercialisation d'un vaccin nasal (1).
En revanche ce serait une médecine parfaitement focale que d'investir uniquement dans la vaccination. L'approche globale et évolutionniste nous amène à reformuler les conseils nutritionnels concernant les infections virales et notamment le dosage de la vitamine D. l'activité physique même modérée et les probiotiques sont aussi de puissants contributeurs d'un état immunitaire compétent.
My advices:
1/ Don't smoke either tobacco or other leaves
open the windows of your home and use essential oils like
eucalyptus globulus
2/ Keep exercising in fresh air and in sunny days (if you live in a very cloudy country or work mainly indoors check your vitamin D status)
3/ Increase your immune system with fermented live products like Kéfir
4/ Increase the amount of raw veggies (juicing) and decrease alcohol even wine which desintegrates the immune system
use turmeric fresh or as a dessicated powder
5/ Increase drastically W3 fatty acids from fatty fishes (wild) in order to decrease the pro-inflammatory state driven by excess of W6 PUFA
6/ Increase coconut butter or fresh coconut as short chain saturated fatty acids howed a protective effect against viruses (they are also present in the fat portion of goat milk and dairy products of goat milk which you will choose raw).
7/ Steer clear of hospitals if you have flu...

Références
1/http://www.plosone.org/article/info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pone.0005984

mercredi 19 août 2009

Resvératrol et activité physique Resveratrol and exercise

Posted by Picasa
La médecine moléculaire est une médecine basée sur les connaissances intimes du fonctionnement cellulaire et de la génomique. Au coeur du système de production d'énergie de la cellule se trouve la mitochondrie. Cet organelle hérité d'une ancienne bactérie et contenant un ADN spécifique d'origine maternelle est soumis à diverses actions de molécules protéiques. Les Sirt1 activent la consommation d'oxygène et donc la production d'énergie. C'est capital dans le sport mais aussi dans des pathologies comme le diabète type 2.
Le resvératrol un stilbène antioxydant et phyto-oestrogène faisant partie des polyphénols est présent dans la peau des baies et aussi dans les cacahuètes. La plante produit cette molécule pour se défendre contre les bactéries. Le resvératrol est un activateur des Sirt1, comme l'exercice physique. La production d'énergie (ATP) et la consommation d'oxygène augmente après prise de resvératrol. Le resvératrol est thermosensible.
Ainsi le resvératrol est doué d'actions pléïotropiques, anti-oxydantes, phyto-oestrogènes, métaboliques et antimitotiques. La consommation de fruits rouges en particulier les baies avec la peau permet d'absorber du resvératrol. Le vin surtout rouge et non filtré aussi mais il apporte de l'alcool puissant toxique hépatique.

Le cocktail anti-inflammatoire naturel! The natural anti-inflammatory cocktail!

L'inflammation est la première ligne de défense contre les agents infectieux. C'est au départ une affaire d'activation du complément un système protéique du sang assez complexe et très puissant pour nous défendre contre l'intrusion bactérienne notamment en cas de plaie traumatique. Après cette activation du complément une cascade de mécanismes physiologiques d'amplification ou de répression se déclenche et l'homéostasie du système suppose que les bénéfices soient supérieurs aux effets délétères. Dans notre univers aseptisé où les rencontres bactériennes sont plus rares l'inflammation se déclenche pour d'autres causes. Ces causes sont multiples et on peut citer:
- l'air pollué par des différents produits chimiques ou résidus microscopiques de combustion ou pyrolyse (par exemple les microparticules des moteurs à explosion fonctionnant au Diesel)
- l'alimentation avec des produits contenant des produits de cuisson à haute température ou des molécules de Maillard, mais aussi les graisses trans et les contaminants xénobiotiques ou biocides.
Il existe un continuum entre inflammation et immunité ce qui explique le rôle de l'inflammation dans l'auto-immunité (Thyroïdite de Hashimoto, lupus, Vitiligo ... etc). Cette inflammation est longtemps silancieuse si elle est chronique et elle peut aussi être très violente ou même mortelle comme dans le SDRA (Syndrome de Détresse Respiratoire Aigue) de la grippe ou d'autres affections respiratoires ou bien encore en cas de septicémie. Dans tous les cas l'inflammation si elle est adaptée protège par la barrière qu'elle érige et dans le cas contraire elle est délétère et peut détruire le poumon ou tuer l'individu dans un orage inflammatoire violent. C'est donc un subtil équilibre qui est nécessaire. Ce subtil équilibre dépend entre autres de l'alimentation. En effet les molécules pro et anti-inflammatoires sont essentiellement des acides gracs lipo-oxygénés
Il est capital de maintenir naturellement un état d'équilibre que l'on pet appeler iso-inflammatoire en prenant sur le plan nutritionnel les mesures suivantes:
1/ Inverser le rapport Oméga6/Oméga3 en choisissant des huiles contenant de l'acide alphalinolénique (noix, colza, chanvre, perilla), des oeufs de poule élevées en plein air et peu supplémentées en céréales, des viandes d'animaux élevés à l'herbe en extensif, des poissons sauvages gras de préférence.
2/ Consommer des acides gras oméga3 longue chaîne et principalement de l'EPA qui est transformé dans l'organisme en une molécule anti-inflammatoire naturelle la résolvine E1. Pour cela je recommande l'huile de Krill afin de maintenir un apport d'au moins 500 mg/j d'acides gras oméga3 longue chaîne
3/ Consommer des fruits et légumes crus ou leur jus frais avec la pulpe (Juicing) pour leur pouvoir antioxydant
4/ diminuer ou supprimer les aliments transformés proinflammatoires:
-cuisson à haute température avec production de grillé
-acides gras trans issus de produits industriels ou bien de la cuisson des huiles non saturées à haute température (cas de l'huile d'olive ou d'autres huiles végétales poly-insaturées)
5/ Consommer du resvératrol présent dans les baies (fruits rouges et en particulier les myrtilles, raisins, cassis...) et les cacahuètes crues
6/ Vérifier son statut en vitamine D et prendre les mesures d'exposition et/ou de supplémentation nécessaires
Bien évidemment chez l'individu ayant déjà un syndrome inflammatoire il faut renforcer ces mesures car elles doivent être correctrices du déséquilibre existant. Il est à noter aussi que l'inflammation dans sa forme chronique est présente dans les grandes maladies à forte prévalence dans les sociétés industrielles (athérome, cancer, rhumatismes chroniques, auto-immunité). Ces recommandations sont en parfaite synergie avec d'éventuels traitements médicamenteux en particulier les statines pour l'athérome ou les anti-inflammatoires en général.

http://paleolithicmd.com/2012/05/25/statins-and-inflammation-discussed-further/ 

mercredi 12 août 2009

Semen and the W6/W3 PUFA ratio. Qualité du sperme et rapport W6/W3

C'est éloquent!

Table 2.

Fatty acid composition of serum and spermatozoa and anti-oxidant activity of seminal plasma in controls and patients.

VariablesInfertile men (n = 82)Fertile men (n = 74)P value
Fatty acid profile of the seruma
Omega-3 fatty acids
ALA0.92 ± 0.411.3 ± 0.710.003
EPA0.69 ± 0.430.94 ± 0.460.06
DHA1.3 ± 0.731.9 ± 0.780.003
Omega-6 fatty acids
LA34.6 ± 4.420.6 ± 3.10.002
AA8.3 ± 2.15.3 ± 1.20.002
Measured omega-6/omega-3 ratio14.8 ± 4.36.3 ± 2.20.001
AA/DHA ratio6.4 ± 2.93.3 ± 1.80.001
LA/ALA ratio37.6 ± 10.715.8 ± 4.40.001
AA/EPA ratio12.0 ± 4.96.7 ± 2.60.001
Omega-3 index2.0 ± 0.562.8 ± 0.610.003
Fatty acid profile of the spermatozoaa
Omega-3 fatty acids
ALA0.14 ± 0.080.31 ± 0.070.002
EPA0.31 ± 0.110.62 ± 0.170.003
DHA6.55 ± 1.179.58 ± 1.440.001
Omega-6 fatty acids
LA5.22 ± 0.513.11 ± 1.310.002
AA3.18 ± 0.201.76 ± 0.310.002
Measured omega-6/omega-3 ratio1.20 ± 0.520.46 ± 0.060.002
AA/DHA ratio0.48 ± 0.060.18 ± 0.020.001
LA/ALA ratio37.2 ± 4.710.0 ± 2.30.001
AA/EPA ratio10.3 ± 1.82.8 ± 1.80.001
Omega-3 index6.85 ± 1.2110.0 ± 1.520.002
Seminal plasma antioxidant status
Catalase-like activity (U/ml)304 ± 15375 ± 460.003
SOD-like activity (U/ml)36.7 ± 1.447.0 ± 2.60.003

ALA = α-linolenic acid, EPA = eicosapentaenoic acid, DHA = docosahexaenoic acid, LA = linoleic acid, AA = arachidonic acid, SOD = superoxide dismutase.

a Values are expressed as percentage (mean% ± SD) of total fatty acids.

The ratio of serum omega-6/omega-3 FAs was significantly higher in infertile (14.8 ± 4.3) patients compared to fertile controls (6.3 ± 2.2) (P = 0.001). Additionally, levels of AA were higher and the omega-3 index was lower in infertile subjects than in fertile controls (all Pvalues <>P = 0.001).

References
1/ Clinical Nutrition, Published online ahead of print, doi: 10.1016/j.clnu.2009.07.008. Relationship of omega-3 and omega-6 fatty acids with semen characteristics, and anti-oxidant status of seminal plasma: A comparison between fertile and infertile men. M.R. Safarinejad, S.Y. Hosseini, F. Dadkhah, M.A. Asgari

dimanche 9 août 2009

Statines: intérêt du Coenzyme Q10?

Plusieurs millions de français prennent un traitement hypocholestérolémiant et l'immense majorité une statine.
Dans de nombreux cas l'indication est erronée car les patients n'ont pas suivi un régime méditerranéen strict et arrêté de fumer. C'est pourquoi bien qu'ils prennent une statine l'efficacité n'est pas celle que l'on observe dans les études où ces recommandations sont suivies à la lettre.
Par ailleurs ceux qui bénéficient le plus des statines sont les patients dits symptomatiques c'est à dire qui ont un athérome coronaire, carotidien ou des membres inférieurs qui entraîne des symptômes. Chez ces patients les statines sont efficaces pour éviter une récidive, c'est la prévention secondaire. En revanche l'efficacité est beaucoup plus faible quand il s'agit de patients asymptomatiques.

Statines et CoEQ10
Les statines diminuent le taux de Coenzyme Q10 de part leur mécanisme direct d'action au niveau moléculaire. Ceci est connu depuis 1993 au moins:

Plasma coenzyme Q (Ubiquinone) concentrations in patients treated with simvastatin. WATTS G. F. (1) ; CASTELLUCCIO C. ; RICE-EVANS C. ; TAUB N. A. (1) ; BAUM H. ; QUINN P. J. ;
(1) St Thomas's hosp., dep. endocrinology chemical pathology public health medicine, London SE1 7EH, ROYAUME-UNI
Plasma coenzyme Q (CoQ) was measured in 20 hyperlipidaemic patients treated with diet and simvastatin (an inhibitor of 3-hydroxy-3-methylglutaryl coenzyme A (HMG CoA) reductase); 22 hyperlipidaemic patients treated with diet with alone; and 20 normal controls. Patients treated with simvastatin had a significantly lower plasma CoQ and CoQ: cholesterol ratio than either patients receiving diet alone or normal controls. Use of simvastatin was inversely and independently correlated with both CoQ (p<0.0001) style="font-size: 12px; font-weight: bold; margin-top: 6px; margin-right: 0px; margin-bottom: 0px; margin-left: 0px; padding-top: 0px; padding-right: 0px; padding-bottom: 0px; padding-left: 0px; ">Revue / Journal TitleJournal of clinical pathology ISSN 0021-9746 CODEN JCPAAK. 1993, vol. 46, no11, pp. 1055-1057 (10 ref.)

De plus les muscles des patients sous statines ont moins de mitochondries et il semble qu'elles soient beaucoup moins actives.

Les statines entrainent des effets secondaires non négligeables.

En dehors de la rhabdomyolyse rare il y a des myalgies assez invalidantes qui surviennent dans au moins 10% des cas.


Decreased skeletal muscle mitochondrial DNA in patients treated with high-dose simvastatin. SCHICK B. A. (1) ; LAAKSONEN R. (2) ; FROHLICH J. J. (1) ; PÄIVÄ H. (3) ; LEHTIMÄKI T. (4) ; HUMPHRIES K. H. (5) ; COTE H. C. F. (1) ;

(1) Department of Pathology & Laboratory Medicine, University of British Columbia, Vancouver, British Columbia, CANADA

(2) Research Unit, Tampere University Hospital, Tampere, FINLANDE
(3) Department of Internal Medicine, Tampere University Hospital, Tampere, FINLANDE
(4) Department of Clinical Chemistry and Laboratory of Atherosclerosis Genetics, Centre for Laboratory Medicine, Tampere University Hospital, Tampere, FINLANDE
(5) Department of Cardiology, University of British Columbia, Vancouver, British Columbia, CANADA

Statins are generally well tolerated, but can cause myopathy1 and have been associated with mitochondrial abnormalities.2-6 The aim of this study was to determine whether muscle mitochondrial DNA (mtDNA) levels are altered during statin therapy. We retrospectively quantified mtDNA in 86 skeletal muscle biopsy specimens collected as part of a previously published7 clinical trial of high-dose simvastatin or atorvastatin versus placebo. Clinical pharmacology and therapeutics ISSN 0009-9236 CODEN CLPTAT. 2007, vol. 81, no5, pp. 650-653 [4 page(s) (article)] (20 ref.)


Sur le plan musculaire lisse aucune étude n'a montré d'anomalie liée aux statines. Par contre il
semble que le myocarde, muscle syncitial, soit particulièrement sensible au déficit en CoE Q10. Une aggravation de l'insuffisance cardiaque ou bien même son apparition sont possibles. Alors que l'action du CoE Q10 en supplément par voie orale n'a pas est prouvé sur les myalgies, une amélioration de l'insuffisance cardiaque est apparemment possible en associant le CoE Q10 aux statines chez les patients atteints d'athérome symptomatique en prévention secondaire avec une CRP US élevée et en associant un régime méditerranéen bien conduit.

E. Okello et al. / Medical Hypotheses 73 (2009) 306–308

Recommendation actuelle:
-Discuter avec votre médecin de l'opportunité d'une supplémentation en CoE Q10 si vous êtes en insuffisance cardiaque et sous statines
-L'association de CoE Q10 ne diminue pas l'action des statines, il y a très peu d'effets secondaires connus à l'administration orale de CoE Q10
-Augmenter les sources d'apport naturel de CoEQ10, le Coenzyme Q10 est retrouvé dans:
les amandes et autres oléagineux
le saumon sauvage
les sardines, harengs
les épinards
les abats, foie et coeur.
les produits laitiers et les céréales en contiennent très peu.
-les doses recommandées sont: 100 mg/j



Voici les résultats d'une étude sur le CoE Q10 dans l'insuffisance cardiaque.
Résultats d'une étude récente après 12 semaines de CoE Q10 à 100mg/j chez l'insuffisant cardiaque sous statines (étude non randomisée):

INCLUSION 12 WEEKS

EJECTION FRACTION(%) témoins: 24.7%(range 17-40); sous CoEQ10: 29.2%(18-44)*

WALKING DISTANCE (m) témoins: 105.2+/-23 ; sous CoEQ10:153.8+/-37*

KARNOFSKY SCALE (%) témoins: 57.7(40-69) ; sous CoEQ10: 63.2 (49-74)*

*p<0.05

Ces résultats sont communiqués avant publication grace à l'aimable autorisation du Dr G. Belcaro.